Emploi et handicap

Trouver un emploi n’est pas une chose facile. Et cela l’est d’autant plus lorsque on est un travailleur handicapé.

Après un rapide tour d’horizon de la situation, quelques conseils pour vous aider dans vos démarches pour concilier emploi et handicap.

 

Geschftsleute, Handschlag, Geschftspartner, Rollstuhl, emploi et handicap

 

1. Un rapide tour d’horizon

Si l’on entend souvent parler des chiffres du chômage, est bien moins évoquée la situation des travailleurs handicapés vis-à-vis de l’emploi.
Concrètement, environ 452 000 travailleurs handicapés pointaient à Pôle emploi fin 2014, soit 9% de plus qu’en 2013.

Et les difficultés s’ajoutent pour les travailleurs handicapés en recherche d’emploi car : 44% ont plus de 50 ans, 23% seulement ont au moins le niveau bac, 56% sont au chômage depuis plus d’un an et 33% depuis plus de deux ans.
Les raisons invoquées : des aménagement de poste difficile, une mentalité à changer…

Pourtant, si on regarde au-delà des préjugés, seuls 2% des personnes en situation de handicap sont en fauteuil roulant.

À savoir également que la plupart des personnes reconnues travailleuses handicapées est en reconversion professionnelle suite à un problème de santé. Ce qui ne la rend pas incompétente pour autant dans les autres secteurs d’activité.

Certaines entreprises ont d’ailleurs choisi de miser sur les capacités de ces personnes pour faire croître leur activité. Ce sont les Entreprises Adaptées (EA).

2. Les organismes et les entreprises dédiées aux personnes handicapées

L’EA est une entreprise à part entière qui emploie au moins 80% de salariés en situation de handicap dans ses effectifs de production.
“La vocation de l’Entreprise Adaptée est de soutenir et d’accompagner l’émergence et la consolidation du projet professionnel du salarié en situation de handicap, en vue de sa valorisation, sa promotion et sa mobilité au sein de la structure elle-même ou vers les autres entreprises.” (source : Les entreprises adaptées – UNEA)

Ces entreprises reçoivent de la part de l’Etat une aide ainsi qu’une subvention pour compenser les surcoûts éventuels de l’emploi de personnes handicapées à efficience réduite.
Pour l’État, le retour sur investissement est garanti, avec plus de 700 Entreprises Adaptées qui emploient au total 30 000 salariés dont 24 000 salariés handicapés avec 91% des personnes en CDI. Selon les estimations actuelles le chiffre d’affaires du secteur est de plus d’un milliard d’euros.

Comment savoir quelles sont ces entreprises ? Voici leur annuaire.
Vous y trouverez toutes les entreprises adaptées françaises, par secteur, par département ainsi que leur contact pour postuler.

Outre les EA, il existe des organismes spécialisés dans l’accompagnement des personnes en situation de handicap vers le travail.
L’Agefiph, le Fiphfp ou encore Cap Emploi  ont pour but de vous faire accéder à l’emploi et de le conserver.

3. Quelques conseils pour vos candidatures

Tout d’abord, il faut savoir que certains sites se sont spécialisés dans la publication d’offres d’emploi accessibles aux personnes handicapées.
Parmi ces sites, on retrouve : Talenteo, Handiquesta, Hanploi.com, l’Adapt.

Comment postuler ?

Sur ces sites dédiés, vous pouvez sans hésitation mentionner votre Reconnaissance en Qualité de Travailleur Handicapé (RQTH) sur votre CV.
Sur les sites dits “classiques”, ou lors de candidatures spontanées, la question se pose.
Selon l’état d’esprit de l’entreprise, mentionner votre RQTH peut effectivement être un frein. Cependant, arriver en entretien et laisser le recruteur s’en rendre compte, ou le lui annoncer à ce moment là, lui donnera l’impression que vous avez forcé la porte du rendez-vous en le mettant devant le fait accompli. Ou, tout simplement, cela peut aussi vous mettre tous deux dans une situation gênante, si la salle n’est pas facilement accessible, ou si, sans être défavorable au recrutement d’une personne RQTH, le recruteur ne sait pas comment réagir.

Le conseil serait donc de mentionner votre RQTH dans votre candidature, en en précisant brièvement la nature dans votre lettre de motivation ou email d’accompagnement.
Vous pouvez aussi, sur votre CV, noter cette mention, à titre d’exemple si votre situation ne nécessite pas d’aménagement de poste : “RQTH – pas d’aménagement de poste nécessaire”.
Toutefois, la loi ne vous oblige pas à mentionner votre reconnaissance sur le CV, ni pendant l’entretien, ni pendant vos missions. Même s’il est plus loyal d’en avertir votre employeur.
Votre seule obligation est envers le médecin du travail.

Sachez aussi que cette mention peut vous ouvrir des portes !

De plus en plus de sociétés se montrent favorables au recrutement de personnes handicapées. Et cela est encouragé par les mesures du gouvernement et les aides financières mises à disposition.
Comme pour toute personne, postuler et passer des entretiens constituent des situations à la fois enrichissantes et délicates.

Restez-vous même et n’oubliez pas que c’est votre différence qui fait de vous un talent unique !

Coralie BRIVE

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *