L’expertise comptable et la génération Y

Une intégration réussie de la Génération Y comme solution à la problématique du recrutement.

Depuis 2010, la Génération Y devient un véritable phénomène de société. Elle obéit à des motivations et des aspirations différentes de celles des précédentes générations. La Génération Y représente désormais une grande partie du marché du travail mais ses caractéristiques obligent à revoir les méthodes de recrutement comme de management. Cependant, au sein de la profession comptable, seule une minorité en comprend l’enjeu.

 

La Génération Y

Nés entre 1978 et 1996, les « Y » ont aujourd’hui entre 20 et 30 ans. Ce sont des « digital natives » : multitâches, ultra-connectés, ils travaillent écouteurs sur les oreilles et ont besoin des NTIC (nouvelles technologies de l’information et de la communication) pour travailler.

Avec ces enfants des 35h, pas de réunion programmée en fin de journée. Ils ont plusieurs vies à vivre et recherchent l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée.

Beaucoup de clichés sont associés à cette génération, notamment le refus de l’autorité. Si les individus de cette génération ont une vision différente de la hiérarchie, ils n’en nient pas intégralement l’autorité : ils sont davantage axés sur la communication et le management participatif.

La Génération Y est une génération consciente des réalités du marché du travail et ne se voit pas faire carrière au sein d’une même entreprise. Afin de trouver l’entreprise qui corresponde à ses attentes, le jeune Y n’hésite pas à passer plusieurs entretiens avant de se décider. Aux entreprises de rivaliser d’arguments pour les attirer.

 

La profession comptable : un secteur qui recrute

D’ici environ 10 ans, un tiers des experts-comptables français sera parti à la retraite. Le secteur cherche donc à se renouveler et rentre dans une phase importante de recrutement.

La Génération Y présente sur le marché du travail offre de nouvelles perspectives à la profession comptable. Généralement très réactifs, les jeunes issus de cette génération sont productifs et ont une très bonne maîtrise des outils informatiques. D’ici 2015, ils représenteront 40 % de la population active européenne : savoir les recruter et les fidéliser permettra non seulement d’améliorer la productivité des cabinets mais aussi d’attirer de nouveaux clients, issus eux aussi de la Génération Y.

Cependant, recruter et fidéliser des membres de cette génération demande de prendre en compte leurs spécificités et un effort pour améliorer l’image qu’ils ont de la profession.

 

L’intégration de la Génération Y au sein de la profession comptable

Si certains paradoxes apparents entre cette génération et la profession doivent être connus, ils ne doivent pas représenter un frein à l’intégration des jeunes Y. Il s’agit plutôt d’une opportunité de moderniser ses techniques de recrutement et de management.

Très différents de leurs aînés par leurs aspirations et leur vision du monde du travail, à leur arrivée dans le cabinet, un conflit intergénérationnel est possible. Les managers ont donc tout intérêt à reconsidérer leurs méthodes de management et à faciliter la communication entre les « anciens » et les « nouveaux ».

Les jeunes Y sont motivés par des conditions de travail souples, une rémunération attractive, l’opérationnalité du poste et des objectifs fixés à moyen termes. Si ces jeunes sont moins disposés que leurs aînés à travailler sur des horaires extensibles cela ne signifie pas une moindre implication dans le travail. Ils sont prêts à s’investir du moment qu’ils y trouvent leur compte, car ils fonctionnent sur une relation «donnant-donnant».

Autre point, les jeunes de cette génération ont généralement tendance à considérer que leur valeur professionnelle va de pair avec leur diplôme… ce qui ne peut cadrer avec les exigences de la profession où la crédibilité passe avant tout par les compétences techniques.

Si leur intégration représente un défi pour les managers, cela n’en reste pas moins un passage obligé pour la profession ; autant se préparer et disposer des éléments nécessaires à une intégration réussie.

Cette génération est donc prête à pleinement s’impliquer dans sa vie professionnelle mais il faut savoir améliorer son image pour l’attirer, la fidéliser, par exemple en sortant des sentiers battus et en s’appropriant les médias qui sont les siens : internet et les réseaux sociaux.

 

 

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *